Château CANON la GAFFELIERE 2011 Zoom

Canon La Gaffeliere
Stephan von Neipperg

Château CANON la GAFFELIERE 2011

Premier Grand Cru Classé B

Saint-Emilion

Rouge

Le Château Canon La Gaffelière est l'un des plus anciens crus de la région. Sa réputation est établie depuis plus de 150 ans. Au XIXe siècle, l'actuel Château Canon La Gaffelière s'appelait La... En savoir plus

58,00 € TTC
348,00 € TTC


caisse(s) de 6

Le Château Canon La Gaffelière est l'un des plus anciens crus de la région. Sa réputation est établie depuis plus de 150 ans. Au XIXe siècle, l'actuel Château Canon La Gaffelière s'appelait La Gaffelière-Boitard (Canon-Boitard pour certains), du nom de son propriétaire, M. Boitard de la Poterie. Il appartiendra par la suite au Docteur Peyraud mais les archives restent évasives sur son rôle. Le domaine fut acheté en 1953 par Pierre Meyrat, Maire de Saint-Emilion durant quelques années. En 1969, après le décès de celui-ci, le château fut mis en vente, puis finalement acquis par la famille Neipperg en 1971.

C'est en 1971 que le Comte Joseph-Hubert von Neipperg fit l'acquisition de la propriété Canon La Gaffelière. A partir de 1984, l'ensemble des bâtiments techniques a été peu à peu totalement repensé. Un bâtiment administratif a été créé de toutes pièces. La demeure elle-même, en assez mauvais état, a fait l'objet d'une rénovation importante. Au même moment, une équipe est constituée et la nouvelle philosophie du vignoble est impulsée.


Stephan von Neipperg opère une redéfinition totale des valeurs de la production. La nouvelle approche des sols a bel et bien permis de révéler l'immense talent du terroir de Canon La Gaffelière. La densité et la richesse de ses vins en témoignent aujourd'hui, se plaçant au sommet des Grands Crus Classés, comme dans les années 40.

Il faut savoir que ce type de terroir, à caractère siliceux, a longtemps souffert d'une image assez médiocre dans le monde de la viticulture.


Un terroir argilo-sableux n'est pourtant pas en soi un mauvais terroir. Tout dépend de la façon dont il est traité. L'erreur commune consiste à nourrir ces terrains très filtrants de manière inconsidérée. Ainsi, au début des années 1960, on a assisté à une généralisation du recours aux engrais chimiques, axée sur l'aspect quantitatif de la production. La philosophie viticole de l'époque s'accommodait de ce type de nutrition des sols.

En conséquence, le vin souffrait d'un défaut de structure. L'excès d'azote créait aussi un grave déséquilibre durable dans les rapports sol/plante. Tassés, dépourvus d'oxygène et de vie, les sols étaient privés de la dynamique nécessaire à la bonne santé et à l'enracinement profond de la vigne. La production de Canon La Gaffelière a d'ailleurs présenté une baisse de qualité sensible dans les millésimes postérieurs à 1964 : faible concentration et manque de complexité des vins

  • Poids 10
  • Video - Titre Canon La Gaffeliere
  • Video - Sous titre Stephan von Neipperg
  • Video - Code uidgiHoHHBg
  • url map Z4e09