Château LA BRANDE 2011

Côtes de Castillon

Rouge

Cité pour la première fois en 1546, le Château Mangot a traversé les siècles pour être aujourd'hui un Saint-Émilion Grand Cru sur la commune de Saint-Etienne-de- Lisse, dans l'est de... En savoir plus

12,00 € TTC
72,00 € TTC


caisse(s) de 6

Cité pour la première fois en 1546, le Château Mangot a traversé les siècles pour être aujourd'hui un Saint-Émilion Grand Cru sur la commune de Saint-Etienne-de- Lisse, dans l'est de l'appellation. Le château, ou plutôt la grande demeure bourgeoise, date de 1890, période ou le château Mangot est reconnu au niveau international pour la qualité de ses vins. Mais ce Mangot là, morcelé au fil des ans, n'est plus qu'une partie du domaine existant depuis le XVIème siècle. Les grands parents maternels de Karl et Yann, Simone et Jean Petit, vont passer leur vie à le reconstituer.

En 1989, leur fille et son époux, Anne-Marie et Jean-Guy Todeschini prennent le relais, non sans restructurer le vignoble et moderniser les installations. En 2008, Karl et Yann, après des études et des stages en France et à l'étranger, ont rejoint leurs parents pour apporter enthousiasme, précision et modernité. Le point commun entre ces 3 générations ? Une philosophie : agir de façon simple et la plus naturelle possible.
La lutte raisonnée a été choisie pour préserver les équilibres naturels. Au chai, le travail est parcellaire pour bien exprimer chacune des 22 parcelles du domaine. La famille possède également 25 hectares à Castillon, avec le château le Brande.


Le vignoble de Mangot (et son cousin de La Brande à Castillon, 25 hectares) connaît en 15 ans une véritable révolution, économique, culturelle, qualitative. Une révolution, mais pas une rupture : ici, l’idée de transmission entre les générations, de passage de flambeau en famille, est centrale. En 2008, Karl et Yann prennent la relève de leurs parents. D’un profil plus technique, riches de leurs expériences dans des vignobles étrangers, passionnés par tous les vins, impliqués dans l’évolution des pratiques culturales, ils apportent eux aussi, en douceur, leur pierre à l’édifice.


Complémentaires dans leur savoir-faire, Karl et Yann mènent conjointement une révision de la gamme, une redéfinition du style des vins, et une réflexion en profondeur sur la conduite de la vigne.
Passionnés par leurs terroirs, ils font appel à Jean-Pierre Cousinié, le « diététicien de la vigne », pour apporter un suivi sur mesure à leur matériel végétal. Pas de désherbants ni d’insecticides, un travail des sols adapté, une étude précise de chaque parcelle (sol, sous-sol, charge électrique, enracinement), une réduction massive de l’utilisation du cuivre et du soufre, des cépages vendangés séparément, en fonction des altitudes et des niveaux de stress, des vinifications en levures indigènes, sans intrants et avec des doses de sulfites minimales… A Mangot, pas de label bio, pas de conversion officielle à la biodynamie, mais une approche respectueuse du terroir, soucieuse de signer des vins « propres », affichant une forte identité. Une identité que l’on pourrait résumer par : de la matière, de la densité, de l’opulence, mais jamais de lourdeur, beaucoup de finesse aromatique, et des élevages extrêmement précis.