Château LATOUR 2007

1er Grand Cru Classé

Pauillac

Rouge

Le document le plus vieux mentionnant Latour date de 1331, il s'agit d'une autorisation accordée à Gaucelme de Castillon par le seigneur Pons pour construire une tour fortifiée dans la paroisse... En savoir plus

500,00 € TTC
2 999,99 € TTC


caisse(s) de 6

Le document le plus vieux mentionnant Latour date de 1331, il s'agit d'une autorisation accordée à Gaucelme de Castillon par le seigneur Pons pour construire une tour fortifiée dans la paroisse de Saint Maubert.


Château Latour apparait ensuite dans les "chroniques" de Jean Froissart en 1378.
Nous sommes à cette époque en pleine guerre de Cent Ans et la "Tour de Saint-Maubert", place forte gardant l'estuaire, est tenue par les soldats bretons pour le compte du roi de France.
Après un siège de trois jours, l'armée anglo-gasconne enlève la forteresse et y installe une garnison.


Jusqu'à la fin du 16ème siècle, Latour est une co-seigneurie dont les co-propriétaires recoivent les loyers des fermiers qui en cltivent les terres. A cette époque, la vigne ne recouvre pas l'intégralité du domaine mais la production dépasse largement les besoins.

Les conditions de conservation du vin sont encore précaires et le vin doit être bu dans l'année.

Jusqu'à la fin du 17ème siècle, le domaine reste entre les mains de la famille de Mullet, et si l'exploitation directe remplace peu à peu le système des fermages, la situation viticole évolue très peu.
Par suite d'héritages et mariages successifs, Latour devient propriété d'Alexandre de Ségur fait l'acquisition de Lafite.

Son fils, Nicolas-Alexandre, président du Parlement de Bordeaux, agrandit encore les domaines en 1718 par l'acquisition de Mouton et de Calon.

Au début du 18ème siècle se développe au Royaume-Uni une aristocratie et une riche bourgeoisie aux goûts raffinés, grandes consommatrices de bon vin, qu'ils soient de Bordeaux, porto, Jerez ou d'autres vignobles méridionnaux.
Jusque-là limitée à cause des différents blocus imposés par les conflits à répétition, l'exportation des vins de Bordeaux va bénéficier d'un répit des hostilités et se développer rapidement.
Cette nouvelle donne économique va aussi modifier la structure des domaines médocains, qui s'agrandissent et intéressent de plus en plus la bourgeoisie et la noblesse parlementaire locale.

Très vite, les vins des meilleurs domaines, se détachent par leur qualité et leur prix.


En 1714 le tonneau de Latour vaut quatre à cinq fois un tonneau de vin de Bordeaux courant.

En 1729 le rapport passe à treize et en 1767 de vingt.


La reconnaissance des grands vins de Château Latour est déjà très sollidement établie.
Le domaine s'étend sur 38 hectares en 1759 puis 47 hectares en 1794.
Les relations épistollières entre les régisseurs et les propriétaires offrent aujourd'huides archhives uniques sur les hommes et femmes de château Latour ainsi que sur leurs vies.


Le domaine pparvient à garder son intégrité pendant la révolution et surtout reste dans la même famille. En 1842 les héritagees successifs ont multiplié le nombre de co-propriétaireset ceux-ci se regroupent dans une Société Civile composée exclusivement des descendantsde la famille de Ségur.

Toutefois leur très grand nombre entraine la vente de la plupart des parts : le groupe financier Pearson devient actionnaire majoritaire à hauteur de 53% et la société Harveys of Bristol, plus tard elle-même rachetée par le groupe Allied Lyons, prend 25% des parts.
En 1989, Allied Lyons par le jeu des rachats détient 93% des parts et les 7% restants demeurant aux héritiers de la famille de Ségur.
En juin 1993, monsieur françois Pinault rachète les parts d'Allied Lyons via sa société holding Artémis.Ainsi, après trente ans de présence anglaise, château Latour redevient français.

 

Depuis cette date sous l'impulsion de monsieur Pinault de nombreux changements sont intervenus. En 1998 monsieur frédéric Engerer, qui avait rejoint le domaine début 1995, est nommé gérant.De novembre 1999 jusqu'en septembre 2003 des travaux de grandes envergure sont accomplis.Rénovation des chais, du cuvier, des systèmes de vinification et des zones de stockage permettent une plus grande précision dans l'élaboration du vin.
Une nouvelle équipe technique est mise en place en même temps qu'une refonte architecturale du bâtiment principal.

 

Travail de la vigne

La taille, le pliage, le labour, les vendanges vertes ou enncore le rognage sont autant d'opérations cruciales pour le bon developpement de la plante et la sélection des meilleures baies.

La "contemplation", technique visant à remplacer les pieds morts ou bléssés représente environ 2% des pieds.Elle permet de maintenir le potentiel qualitatif et quantitatif des parcelles.

De plus, lorsque l'age moyen d'une parcelle est trop élevé ou trop hétérogène l'arrachage et la replantation sont envisagés. Après l'arrachage un repos du sol de 5 ans est respecté afin de restructurer et d'assainir le sol.
Dans une volonté de parfait respect de l'environnement et de maîtrise des produits utilisés, une stratégie d'évalution des menaces potentielles a été mise en place.

Utilisant des méthodes biologiques de défense des cultures, des produits neutres pour l'environnement, aucun désherbant chimique n'est utilise pour l'entretien des sols et seuls les engrais organiques associés à des composts sont utilisés comme fertilisants.

Toujours pour un meilleur respect des sols et une amélioration du bilan carbone, le travail des sols avec les chevaux a été réintroduit en 2008.

Enfin de nouvelles pratiques biodynamiques ont été développées sur une dizaine d'hectares de l'enclos, comme le traitementde chaque parcelle en fonction des millesimes avec de très faibles doses de cuivre, ou le suivi du calendrier lunaire pour fixer les interventions humaines dans la vigne.
Cette démarche est essentielle pour rechercher l'expression optimale du terroir dans les vins.

 

Les vendanges

Celles ci débutent généralement dans la seconde moitié de septembre, jusqu'à la mi-octobre. Chaque parcelle est récolté à son optimum de maturité.
Durant cette période,venus de la région bordelaise une centaine de vendangeurs vienent grossir les rangs de l'equipe.
Cueillis manuellement dans des cagettes de maximum 8 kg pour éviter l'écrasement le raisin est conduit directement au cuvier.
Après l'élimination des parties végétales et des baies abimées sur l'érafloir, un second tapis permet d'éliminer les parties de rafle qui pourraient nuire à la qualité.
Les baies sont ensuites doucement foulées et poussées dans les cuves par gravité.
La fermentation alcoolique peut commencer.


La vinification

Après l'éraflage et le foulage, la vendange et envoyée dans des cuves en Inox, les premières installées dans le médoc dans les années soixantes. Cela s'effectura selon trois critères que sont la provenance géographique dans le vignoble, l'âge des vignes et les cépages.

Dans ces cuves à régulation thermique par refroidissement d'eau, le jeune vin va rester environ trois semaines, le temps d'extraire parfaitement toutes les richesses du raisin.

Après les écoulages, c'est à dire la séparation du jus de son marc, le vin va entamer une seconde fermentation, dite malo-lactique, dans de nouvelles cuves et cela pendant un mois.Cette étape permet au vin de s'assouplir de gagner en rondeur et en finesse.

Le marc restant quant à lui est préssé, conservé: on l'appelle le vin de presse.
Début décembre le vin sera mmis en barriques. La période cruciale de l'assemblage commence alors.


L'élevage et l'assemblage

A la mi-janvier débutent des dégustations des vins de chaque parcelle permettant les sélections, qui constituent le meilleur assemblage Le Grand vin de Latour.

Après avoir élaboré le grand vin début mars, les assemblages constituant les Forts de Latour et le Pauillac, sont sélectionnés.

C'est également à la même période que dans un soucis d'équilibre par rapport au millésime que peuvent etre incorporés les vins de presse.

L'élevage en barriques, renouvelées chaque année pour le grand vin, et provenant seulement des fôrets de l'Allier et de la Nièvre, s'effectuera dans le chai de première année.Les barriques ne sont pas fermées herméiquement mais seulement obstruées par un bondillon en verre, pour favoriser les échanges gazeux entre vin et atmosphère.

Comme le niveau du vin dans la barrique baisse, par évaporation, l'ouillage, remise à niveau est effectué deux fois par semaine.

Au début de l'été les barriques fermées hermétiquement sont placées à l'abri des écarts de températures dans la cave des "deuxièmes années" pendant une période de 10 à 13 mois, pour y poursuivre le vieillissement.

Un an après la mise en barriques, le vin est clarifié . Cette technique consiste à faire le "collage" au blanc d'oeufs (4 à 6 par fut). Elle permet d'éliminer les particules en suspension, les entrainant au fond de la barrique.
Un dernier soutirage 45 jours après le collage permet de séparer définitivement le vin des lies.
Par dégustations la date de mise en bouteille est déterminée.

 

Références du même château : 

Château LATOUR 1995

Château LATOUR 2007

Les FORTS de LATOUR 2002

Les FORTS de LATOUR 2006

 

 

  • Video - Titre Château Latour
  • Video - Sous titre Harvest 2009
  • Video - Code 3YMwW4DsJUc
  • url map CpE4i